Tout ce à quoi nous

pensons, c’est à

 l’avenir

LA CULTURE DURABLE DE PLANTES RESISTANTES

Quels sont les développements attendus par les chercheurs dans un avenir proche ? « Une des choses que je vois arriver, c'est la nutrition de précision », note Wim. De quoi s’agit-il ? Arca explique : « Plutôt que de fournir à chaque plante le même plan de nutrition et d'arrosage, quels que soient ses besoins individuels, nous nous attendons à ce que les additifs nutritionnels deviennent la norme. Pour que le producteur puisse les mélanger en conséquence. » En ce qui concerne l'utilisation de l'eau, les deux chercheurs s'attendent à ce que l'eau de pluie, mais aussi l'eau provenant de sources réutilisables, traitée avec une eau usée dessalée, soient utilisées plus largement (plutôt que l'eau de puits dessalée), en association avec un apport de nutriments.

« Certains nutriments comme le phosphate et le potassium n’étant pas renouvelables, ils vont se raréfier. L'évolution vers une communauté de recyclage, au lieu d’une économie de la consommation, permettra de résoudre la pénurie. Pensez à l'extraction de minéraux dans les eaux usées, par exemple. Ou à la réutilisation de l’excédent de l'azote agricole provenant du fumier dans l'horticulture. »

Et puis il y a la technologie ! Les mesures entièrement automatisées avec des capteurs et le prélèvement d'échantillons avec des robots, l'utilisation de l'intelligence artificielle pour cultiver des plantes à distance, les plans de nutrition générés par ordinateur, les robots qui font le sale boulot et les drones et caméras qui supervisent la serre de manière indépendante, tout cela devient une réalité.

DRONES & DONNEES

L’AGRICULTURE
DE DEMAIN, AUJOURD'HUI

Cultiver des plantes de manière fiable et pérenne n'est pas aussi difficile qu'il n'y paraît. Arca et Wim donnent quelques conseils pratiques que les producteurs peuvent appliquer dès maintenant !

Utilisez des engrais à libération contrôlée (Osmocote Exact, par ex.) en association avec la fertirrigation. Cela vous permet de varier l'administration des nutriments entre les différents types de plantes, en fonction de leurs besoins, tout en les arrosant toutes en même temps. Des recherches sur la culture des orchidées en pot ont montré que l'application d'engrais à libération contrôlée sur le substrat de croissance et la réutilisation des eaux de drainage (recirculation) peuvent contribuer à réduire considérablement la quantité totale des émissions d'azote agricole.

1

La mesure de la croissance des plantes, de la santé des plantes et des conditions dans lesquelles elles poussent est le point de départ des plans individuels de nutrition des plantes. Une fois que les besoins particuliers des plantes sont définis, vous pouvez adapter le plan de nutrition et d’arrosage en conséquence. Vous obtiendrez ainsi des rendements plus élevés, une nutrition plus efficace et des plantes plus saines.

2

Recherchez la combinaison idéale pour réduire l’empreinte carbone de l’horticulture tout en augmentant les rendements. Tenez compte de toutes les conditions et de tous les éléments consommateurs d'énergie, et adaptez-les en conséquence. N'oubliez pas la serre, ses écrans climatiques et son système de ventilation, de chauffage, d’arrosage et d’éclairage. Chacun de ces éléments peut contribuer aux efforts d’amélioration ! C’est ce qu'on appelle « La nouvelle croissance ».

3

Ne laissez pas les robots et les données s'occuper de tout ! La réussite de la culture des plantes repose également sur l’expertise humaine. Exploitez toutes vos connaissances et votre expérience en matière de physiologie et de physique des plantes. Réfléchissez à la façon dont les plantes poussent et à la manière dont vous pouvez les aider en créant les conditions et les plans de nutrition appropriés.

4

Rencontrez Arca Kromwijk et Wim Voogt, des chercheurs de l’université et centre de recherche de Wageningen (dans le domaine de l’horticulture en serre).

Experts en matière de culture des plantes, ils ont toujours une longueur d'avance. Toutes leurs recherches, dans différents domaines d'expertise, sont axées sur la découverte de nouveaux moyens et l'amélioration des méthodes conventionnelles de culture des plantes, en les protégeant contre les insectes nuisibles, tout en réduisant l'impact sur l'environnement. Nous avons parlé avec eux de l’horticulture en serre d’aujourd'hui et de demain.

 

DEFILER VERS LE BAS

Arca ajoute : « Les engrais peuvent jouer un rôle ici, même s'ils ne peuvent pas faire de miracles, comme certains semblent le penser. Cependant, il y a un certain nombre de nutriments que nous étudions qui semblent avoir des effets positifs. Le silicium, par exemple, ralentit le développement du mildiou dans les plants de concombre, de rosier et de fraisier. Le calcium en est un autre exemple. Comme nous avons constaté qu'une carence en calcium dans les cellules végétales risque de les rendre plus sensibles au Botrytis, l'ajout d'un complément de calcium au plan de nutrition peut être utile. Mais cela ne suffit pas pour prévenir les maladies. »

La gestion de l'humidité dans la serre est un autre moyen de faire pousser des plantes plus résistantes, car les champignons, en particulier, se développent dans des conditions chaudes et humides. Ou l'introduction de bactéries positives ou d’agents de lutte biologique dans le système de croissance. À l'université et centre de recherche de Wageningen, ils étudient également l'influence de la vie microbienne et fongique du sol sur la résilience des plantes. L'hypothèse selon laquelle l'introduction d'un apport équilibré de nutriments dans le sol, par exemple en appliquant des engrais à libération contrôlée au lieu d’engrais traditionnels, peut améliorer la variété de la vie du sol et en retour favoriser la santé des plantes, sera testée en 2020.

Greenhouse

2030

Sur le site de l'université et centre de recherche de Wageningen à Bleiswijk, aux Pays-Bas, une lumière rose provenant de l'une des serres diffuse : « Bienvenue dans la serre de 2030 ! » Wim sourit.

La réglementation concernant l'utilisation des produits phytosanitaires chimiques étant de plus en plus stricte et la société exigeant une réduction de l'empreinte carbone de l'industrie horticole, la prévention est essentielle. Plutôt que de lutter contre les maladies des plantes ou les insectes nuisibles avec des produits chimiques ou d'autres méthodes énergivores, les chercheurs misent sur la prévention des insectes nuisibles en général. « Deux sujets sont importants dans l'étude de la résilience : la plante et son environnement. Les plantes plus robustes sont moins sujettes aux insectes nuisibles, champignons et maladies, et l'environnement végétal a une forte influence sur la santé de la plante », explique Wim.

PLANTES RESISTANTES

Tout ce à quoi nous

pensons, c’est à

 l’avenir

LA CULTURE DURABLE DE PLANTES RESISTANTES

Rencontrez Arca Kromwijk et Wim Voogt, des chercheurs de l’université et centre de recherche de Wageningen (dans le domaine de l’horticulture en serre).

Experts en matière de culture des plantes, ils ont toujours une longueur d'avance. Toutes leurs recherches, dans différents domaines d'expertise, sont axées sur la découverte de nouveaux moyens et l'amélioration des méthodes conventionnelles de culture des plantes, en les protégeant contre les insectes nuisibles, tout en réduisant l'impact sur l'environnement. Nous avons parlé avec eux de l’horticulture en serre d’aujourd'hui et de demain.

 

Quels sont les développements attendus par les chercheurs dans un avenir proche ? « Une des choses que je vois arriver, c'est la nutrition de précision », note Wim. De quoi s’agit-il ? Arca explique : « Plutôt que de fournir à chaque plante le même plan de nutrition et d'arrosage, quels que soient ses besoins individuels, nous nous attendons à ce que les additifs nutritionnels deviennent la norme. Pour que le producteur puisse les mélanger en conséquence. » En ce qui concerne l'utilisation de l'eau, les deux chercheurs s'attendent à ce que l'eau de pluie, mais aussi l'eau provenant de sources réutilisables, traitée avec une eau usée dessalée, soient utilisées plus largement (plutôt que l'eau de puits dessalée), en association avec un apport de nutriments.

« Certains nutriments comme le phosphate et le potassium n’étant pas renouvelables, ils vont se raréfier. L'évolution vers une communauté de recyclage, au lieu d’une économie de la consommation, permettra de résoudre la pénurie. Pensez à l'extraction de minéraux dans les eaux usées, par exemple. Ou à la réutilisation de l’excédent de l'azote agricole provenant du fumier dans l'horticulture. »

Et puis il y a la technologie ! Les mesures entièrement automatisées avec des capteurs et le prélèvement d'échantillons avec des robots, l'utilisation de l'intelligence artificielle pour cultiver des plantes à distance, les plans de nutrition générés par ordinateur, les robots qui font le sale boulot et les drones et caméras qui supervisent la serre de manière indépendante, tout cela devient une réalité.

DRONES & DONNEES

La réglementation concernant l'utilisation des produits phytosanitaires chimiques étant de plus en plus stricte et la société exigeant une réduction de l'empreinte carbone de l'industrie horticole, la prévention est essentielle. Plutôt que de lutter contre les maladies des plantes ou les insectes nuisibles avec des produits chimiques ou d'autres méthodes énergivores, les chercheurs misent sur la prévention des insectes nuisibles en général. « Deux sujets sont importants dans l'étude de la résilience : la plante et son environnement. Les plantes plus robustes sont moins sujettes aux insectes nuisibles, champignons et maladies, et l'environnement végétal a une forte influence sur la santé de la plante », explique Wim.

PLANTES RESISTANTES

Arca ajoute : « Les engrais peuvent jouer un rôle ici, même s'ils ne peuvent pas faire de miracles, comme certains semblent le penser. Cependant, il y a un certain nombre de nutriments que nous étudions qui semblent avoir des effets positifs. Le silicium, par exemple, ralentit le développement du mildiou dans les plants de concombre, de rosier et de fraisier. Le calcium en est un autre exemple. Comme nous avons constaté qu'une carence en calcium dans les cellules végétales risque de les rendre plus sensibles au Botrytis, l'ajout d'un complément de calcium au plan de nutrition peut être utile. Mais cela ne suffit pas pour prévenir les maladies. »

La gestion de l'humidité dans la serre est un autre moyen de faire pousser des plantes plus résistantes, car les champignons, en particulier, se développent dans des conditions chaudes et humides. Ou l'introduction de bactéries positives ou d’agents de lutte biologique dans le système de croissance. À l'université et centre de recherche de Wageningen, ils étudient également l'influence de la vie microbienne et fongique du sol sur la résilience des plantes. L'hypothèse selon laquelle l'introduction d'un apport équilibré de nutriments dans le sol, par exemple en appliquant des engrais à libération contrôlée au lieu d’engrais traditionnels, peut améliorer la variété de la vie du sol et en retour favoriser la santé des plantes, sera testée en 2020.

Greenhouse

2030

Sur le site de l'université et centre de recherche de Wageningen à Bleiswijk, aux Pays-Bas, une lumière rose provenant de l'une des serres diffuse : « Bienvenue dans la serre de 2030 ! » Wim sourit.

« Ici, nous faisons des recherches sur diverses innovations pour la culture de plantes en serre, en vue d’éliminer les émissions, les combustibles fossiles et le contrôle chimique des cultures. Par exemple, nous utilisons une lumière LED rouge/bleue, qui dégage moins de chaleur que les lampes HPS traditionnelles. C’est plus économe en énergie et réduit la nécessité de refroidir la température ambiante pour obtenir des températures de croissance idéales. Une autre expérience utilise une approche complètement nouvelle pour une culture hydroponique du freesia. » Les autres mesures comprennent la réutilisation de l’excédent de chaleur, plusieurs écrans protecteurs pour une isolation optimale, des pompes à chaleur et une surface de chauffage plus étendue. Dans certains domaines de recherche, une armée dite permanente a été introduite dans la serre. Ces ennemis naturels sont prêts à attaquer dès l’apparition d’un insecte nuisible particulier. « Dans cette serre futuriste, tout est permis ! »

Greenhouse 2030 est un projet financé par le ministère néerlandais de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire et le programme « Kas als energiebron » (La serre comme source d'énergie).

L’AGRICULTURE
DE DEMAIN, AUJOURD'HUI

Cultiver des plantes de manière fiable et pérenne n'est pas aussi difficile qu'il n'y paraît. Arca et Wim donnent quelques conseils pratiques que les producteurs peuvent appliquer dès maintenant !

Utilisez des engrais à libération contrôlée (Osmocote Exact, par ex.) en association avec la fertirrigation. Cela vous permet de varier l'administration des nutriments entre les différents types de plantes, en fonction de leurs besoins, tout en les arrosant toutes en même temps. Des recherches sur la culture des orchidées en pot ont montré que l'application d'engrais à libération contrôlée sur le substrat de croissance et la réutilisation des eaux de drainage (recirculation) peuvent contribuer à réduire considérablement la quantité totale des émissions d'azote agricole.

1

La mesure de la croissance des plantes, de la santé des plantes et des conditions dans lesquelles elles poussent est le point de départ des plans individuels de nutrition des plantes. Une fois que les besoins particuliers des plantes sont définis, vous pouvez adapter le plan de nutrition et d’arrosage en conséquence. Vous obtiendrez ainsi des rendements plus élevés, une nutrition plus efficace et des plantes plus saines.

2

Recherchez la combinaison idéale pour réduire l’empreinte carbone de l’horticulture tout en augmentant les rendements. Tenez compte de toutes les conditions et de tous les éléments consommateurs d'énergie, et adaptez-les en conséquence. N'oubliez pas la serre, ses écrans climatiques et son système de ventilation, de chauffage, d’arrosage et d’éclairage. Chacun de ces éléments peut contribuer aux efforts d’amélioration ! C’est ce qu'on appelle « La nouvelle croissance ».

3

Ne laissez pas les robots et les données s'occuper de tout ! La réussite de la culture des plantes repose également sur l’expertise humaine. Exploitez toutes vos connaissances et votre expérience en matière de physiologie et de physique des plantes. Réfléchissez à la façon dont les plantes poussent et à la manière dont vous pouvez les aider en créant les conditions et les plans de nutrition appropriés.

4

Contact

Des questions au sujet de The Green Times ? Ou des suggestions pour le prochain numéro ? Envoyez-nous un message
S'il vous plaît entrez votre nom
S'il vous plaît entrer une adresse e-mail correcte
Merci de saisir un commentaire
Je vous remercie! Votre commentaire a été envoyé!
Quelque chose a mal tourné tout en soumettant la forme. Réessayer.

Partagez

Ou suivez-nous sur nos socials

Recherche

Recherchez des mots-clés dans ce numéro de The Green Times.
Longueur minimale à la recherche est de 3 caractères